Analyse territoriale : des cartes contre les idées reçues

Par l’étude cartographique, le laboratoire Chrônos dresse le portrait d’une France en mutation qui va à l’encontre de nombreuses idées reçues et ce sur de nombreux sujets.

Un taux de pauvreté supérieur dans les territoires les plus développés économiquement

Carte de la proportion de ménages pauvres en France

Paris, souvent perçue comme une ville peuplée de gens aisés, compte en réalité la même proportion de ménages pauvres que les villes dites « isolées » (nomenclature INSEE). Ce phénomène s’explique par plusieurs raisons : d’abord, on compte plus d’emplois peu qualifiés dans les grandes villes, ensuite ces dernières présentent plus d’opportunités et enfin la fiscalité centralisée des grandes villes ne permet pas l’inclusion des plus défavorisés .

Une solidarité régionale pénalisante

Carte de la redistribution entre région française

Le système de redistribution prenant en compte la surface et non la densité de population, certaines régions se trouvent très pénalisées par rapport à celles qui sont plus étendues et moins peuplées. A titre d’exemple, l’Ile-de-France, bien qu’elle soit la région la plus productive, se trouve au bas du classement en termes de PIB par habitants après la redistribution quand la Bourgogne-Franche-Comté 12ème avant la redistribution se retrouve 5ème.

Déserts médicaux

Le nombre de médecins par km et par proportion d'habitants

Les habitants des zones rurales ont certes des temps de transport plus élevés que ceux de la région parisienne mais ces dernier rencontrent plus de difficultés pour trouver médecin référent et conventionné. Par ailleurs, on observe effectivement une baisse du nombre de médecins dans les communes rurales mais on s’aperçoit que les installations des médecins généralistes ont suivi le déplacement des populations.

Pour en savoir plus :

France Culture