CCI, Appels à projets & Sobriété

Les CCI s’engagent pour le programme Petites Villes de demain | Localtis

CCI France et l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) ont signé le 13 juillet 2021 une convention de partenariat Petites Villes de demain (PVD).

« Les CCI, c’est le réseau le plus territorialisé pour que nous ayons une expertise fine, fiable sur les territoires français pour savoir comment orienter les politiques publiques en particulier dans les bourgs-centres, a déclaré Joël Giraud, secrétaire d’État chargé de la ruralité, lors de la signature. Nous avions besoin d’un réseau d’experts, d’un réseau très implanté, nous avons trouvé le meilleur partenaire qui soit, et qui d’ores et déjà travaillait avec nous. »

Les CCI travaillent d’arrache-pied pour rendre les commerces de ces villes attractifs. « Nous avons voulu mettre à disposition une offre adaptée donc nous avons dédié toute une catégorie de produits, de services et d’accompagnements aux territoires ruraux, notamment aux commerces des petites villes de demain, a expliqué Pierre Goguet, président de CCI France, aujourd’hui nous sommes persuadés que ces territoires ont un vrai potentiel, une vraie capacité à gagner. »

Les CCI aident notamment les commerces à se transformer, ou à mieux s’approprier les outils numériques. Elles peuvent aussi faciliter la reprise de commerces existants ou l’installation de nouveaux commerces. Parmi les offres qu’elles vont proposer aux petites villes dans le cadre du programme : des études-actions sur le tissu économique de leur territoire, une consultation des chefs d’entreprises sur leur projet, une mise en réseau des entreprises (réseaux, clubs, clusters) et des informations pour identifier les aides financières mobilisables pour les entreprises du territoire.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

Relance : un nouveau calendrier des appels à projets pour les intercommunalités | AdCF

Les aides concernant l’environnement restent les plus nombreuses, faisant écho à la relance écologique souhaitée par l’exécutif. Cependant, depuis janvier, plusieurs nouvelles mesures ont été publiées, notamment dans le champ du numérique.

Prévues dès septembre 2020, les dispositifs ayant trait à FranceConnect ou encore la cyber-sécurité ont mis plus de temps à émerger que d’autres. Les mesures de soutien prévues dans le domaine culturel ont, elles aussi, pris davantage de temps pour voir leurs modalités définies.

Certains dispositifs de France Relance ont par ailleurs connu un véritable succès et sont en train d’être abondés. Il est ici possible de citer notamment le fonds friches qui a été sollicité par un nombre important de collectivités et autres porteurs de projets : 630 dossiers ont été déposés auprès de l’ADEME et le ministère de la Transition écologique. Le succès de cette mesure, témoin d’une véritable attente de la part des collectivités et acteurs territoriaux, a justifié une augmentation de l’enveloppe budgétaire initiale. À cela s’ajoutent des appels à projets ou appels à manifestation d’intérêt dont les lauréats seront sélectionnés par vagues successives jusqu’à la fin de l’année 2022 (soutien aux personnes en grandes précarité ou « slow tourisme »).

Enfin, certaines mesures étaient déjà prévues pour durer tout le long de la période de France Relance et s’achèvent en 2022, avec des relevés de dossiers réguliers. Ainsi, si certains dispositifs ont pu être mis en œuvre durant un temps relativement court, la durée de candidature n’excédant pas un semestre, d’autres s’étalent dans le temps, permettant aux différentes collectivités de pouvoir s’en saisir encore aujourd’hui.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

La sobriété, un allié de la transition écologique des territoires | Actu Environnement

Ainsi, la sobriété dimensionnelle vise à mettre en cohérence la taille des équipements avec le besoin réel des usagers. Adapter le nombre d’écoles au nombre d’élèves peut par exemple rentrer dans cette catégorie. Avec une bonne communication, l’une des communes aidées par l’Ademe, dotée de quatre écoles largement sous-exploitées, a pu en fermer une en évitant une levée de boucliers. La sobriété structurelle consiste en l’optimisation de l’organisation du territoire en rationalisant l’espace. Par exemple, en réhabilitant d’anciens logements au centre-ville au lieu d’en construire de nouveaux en périphérie, une collectivité peut éviter de grignoter les terres cultivables. Enfin, la sobriété conviviale prône la mutualisation des équipements et de leur utilisation comme le font le coworking et le covoiturage.

Les limites planétaires sont une composante majeure de cette vision des territoires. Elle implique donc de prendre en compte les particularités climatiques de chaque territoire dans les plans d’aménagement mais aussi d’y intégrer des solutions pour les aléas climatiques futurs.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici