Objectifs sociétaux et environnementaux : leviers de création de nouvelles filières agricoles ?

Comment fonder une nouvelle filière agricole sur des objectifs environnementaux et sociétaux ? L'exemple des amandes en méditerranée par la Compagnie des amandes...

Depuis 2018, la Compagnie des Amandes plante et plantera 2000 hectares d’amandiers d’ici 2024 dans tout le midi méditerranéen (Provence, Occitanie et Corse), en s’associant avec des exploitants agricoles et en leur apportant des financements, des conseils scientifiques et agronomiques et un débouché commercial.


Ce projet repose sur une idée simple : pour financer la nécessaire mutation de l’agriculture, il faut développer des projets collectifs à financement privé, autour d’un modèle respectueux de l’environnement et performant économiquement.

A quels problèmes de son territoire le projet répond-t-il ?

L’agriculture méditerranéenne – comme ailleurs – souffre des effets cumulés de la diminution des surfaces exploitées, de la crise démographique, de la hausse des coûts d’exploitation et de la chute du revenu agricole.

Nous voulons réintroduire une culture historique, presque culturelle, de l’amande dans le midi en devenant l’acteur majeur de cette filière renaissante.

Notre modèle agronomique est exemplaire : 100% sans herbicide, avec préservation de zones de biodiversité, une certification « Haute Valeur Environnementale » et une recherche de solutions de Biocontrôle du ravageur de l’amandier en collaboration avec l’INRAE et le CNRS.

Notre modèle économique est innovant et propose un partenariat d’un nouveau genre, unique : il permet de rémunérer l’agriculteur sans attendre la récolte, d’intégrer le foncier dans le prix de revient et de partager la valeur sur des bases plus équitables (certification Commerce Equitable en cours d’obtention).

Impacts du projet

Le développement de la Compagnie va créer environ 200 emplois durables et non délocalisables. Les études des chambres d’agriculture montrent qu’un emploi agricole génère entre 4 et 5 emplois indirects.

Entre les fournisseurs de matériel ou d’intrants agricoles en amont et les transformateurs en aval qui développeront des gammes de produits à base d’amandes françaises, la relance de la filière va créer 1000 à 1200 emplois au total.

D’un point de vue environnemental, l’impact de notre projet reste à quantifier mais il se veut ambitieux :  il capte plus de carbone qu’il n’en émet (labellisation Bas Carbone en cours d’obtention), diminue la part des importations françaises dans la consommation d’amandes et contribue donc à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). En matière de biodiversité aussi, nous mesurerons précisément son impact, avec Naturalia Environnement.

Le projet de la Compagnie permet ainsi de maintenir une agriculture diversifiée et rentable, en améliorant le partage de la valeur, en organisant un circuit court de valorisation de l’amande française, en réintroduisant une culture historique en Méditerranée et en contribuant aux engagements français de réduction des émissions de GES.

Retours d’expériences

Ce modèle économique très innovant est bien reçu chez les agriculteurs, avec plus de 110 projets identifiés dont environ 30 pour 600 Ha sont en cours de réalisation. Pour en savoir plus, retrouvez l’interview de Vincent Fabre dans le Vaucluse.

Le projet est bien soutenu par les collectivités locales – la région SUD en particulier – qui y voient l’opportunité de développer une filière très créatrice de valeur dans un monde rural en crise.