Politique culturelle locale, Arts numériques & Culture écologique

Les actualités du moment pour imaginer, produire et partager l'innovation sur les territoires du monde d'après.

Quel lien entre politiques culturelles et développement local ? | Mon Cher Watson

Ce que j’ai voulu montrer dans ce livre, c’est que la culture joue un rôle clé dans le développement local. Outre sa participation à la vie économique en tant que domaine d’activité, elle nourrit et oriente le développement local puisqu’elle façonne notre rapport au monde et nos modes de vie.
Il faut d’abord s’entendre sur les termes. La notion de « développement local » nous renvoie depuis la fin du XXème siècle aux trois « piliers » du développement que sont les dimensions économiques, sociales et environnementales. A ce titre, la culture et les politiques culturelles se voient souvent reléguées au second plan dans les stratégies de développement des collectivités territoriales.
Or, la participation de la culture au développement local concerne toujours deux aspects complémentaires et interdépendants.
Le premier est la participation de la culture, en tant que domaine d’activité, au développement de l’économie et de l’emploi dans une localité.
Le second aspect, que j’ai exploré dans ce livre, concerne la culture au sens large du terme, en tant qu’elle façonne notre rapport au monde et nos modes de vie. Grâce à la culture, nous pouvons considérer une autre dimension du développement qui s’ajoute aux approches économiques, sociales et environnementales. L’évidence est en train de s’imposer que le développement n’est source de bonheur et de bien-être pour toutes et tous qu’à la condition d’une réelle participation de toutes les personnes à la transformation, à l’accompagnement et à la représentation de nos modes de vies. Nos pratiques et nos droits culturels constituent nos ressources pour nous épanouir, nous ouvrir aux autres et nous réinventer collectivement.
Il faut ici considérer la culture dans son acception élargie, telle qu’elle est définie en 2001 dans la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle : « l’ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social » et qui « englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ».
Ainsi, notre approche française qui part des œuvres et va vers les habitants doit s’ouvrir et s’enrichir d’approches différentes, qui partent des personnes et de leurs pratiques culturelles. C’est ce que proposent plusieurs textes internationaux que nous devons aujourd’hui connaître et intégrer dans nos réflexions comme dans nos pratiques : je pense à la déclaration universelle des droits humains, au Pacte international sur les Droits économiques, sociaux et culturels, à la Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, mais aussi à des lois françaises plus récentes comme la loi Notre et la Loi sur la Création, l’Architecture et le Patrimoine, et bien sûr à l’agenda 21 de la culture.
Car  les enjeux de la culture au cœur du développement local sont vastes : au-delà de la transition écologique, ils vont de la gouvernance et de la culture démocratique, à l’expérimentation de modèles économiques innovants, en passant par la transition numérique et les territoires intelligents ouverts et inclusifs. Or à tous niveaux, c’est notre culture qui nous permet de participer à la transformation de notre environnement économique, écologique et politique.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

Une constellation de professionnels du digital à Pompidou-Metz en décembre | Le Républicain Lorrain 

L’événement s’adosse au festival Constellations , qui s’adresse au grand public, et veut conquérir les professionnels, avec du monde au générique. « C’est un partenariat entre Metz, Metz Métropole avec le soutien de la Région Grand Est et de l’Union Européenne à travers le programme INTERREG Grande Région » se félicite-t-il en insistant sur « les atouts de la proximité ». «  L’agilité des territoires est une véritable force face aux géants du web. Les multinationales ont beaucoup de mal à travailler à l’échelon local, nous devons faire confiance aux collectivités pour les industries de demain  ».
Metz est au carrefour de l’Europe et Pompidou une marque planétaire : le KIF veut s’y affirmer comme « le laboratoire des pratiques des talents créatifs, des représentants du monde de la culture, du savoir, de l’audiovisuel et du cinéma ». La bande-annonce de cette superproduction est prometteuse. L’affiche et le casting devraient être dévoilés début septembre.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

Lyon, Bordeaux, Marseille, Strasbourg… Quelle culture dans les nouvelles villes écologistes ? | Le Figaro

C’est l’un des points de convergence des nouvelles municipalités écologistes : les habitants devraient être directement impliqués dans la politique culturelle de leur ville. «Les citoyens doivent être remis dans la boucle décisionnaire. Il faut que la culture soit pensée et proposée de façon plus horizontale», explique Christophe Dupin, délégué à la culture et à l’éducation populaire à Tours.

Et pour la rendre accessible à un autre public que celui qui est déjà converti, plusieurs maisons de quartiers doivent voir le jour notamment à Marseille. L’objectif étant que la culture irrigue l’ensemble d’un territoire, pas seulement son centre-ville. Dans la cité phocéenne, comme à Lyon, les mairies soutiendront les résidences d’artistes et les projets collaboratifs. «Pendant des années l’accent a été mis sur la diffusion culturelle, aujourd’hui nous voulons aussi impulser un mouvement de création dans la ville», indique Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture à Lyon.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici