Face aux urgences de notre temps, il est urgent d’agir localement pour bâtir de nouveaux territoires

Le Local for Good, c’est maintenant, et pour 20 ans

Pour se rapprocher de cet horizon à 20 ans, le Local For Good veut jouer un rôle indispensable : être le porte-voix des acteurs qui imaginent, conçoivent et construisent des solutions locales, durables et inclusives.

Répondre aux urgences de notre temps

Les grands équilibres – du vivant, de l’économie, de la société – de notre monde affrontent leurs plus sérieuses menaces. Le dérèglement climatique et l’érosion de la biodiversité, nés de l’action de l’Homme, sont les deux faces d’un même problème où, sans action d’envergure, l’ensemble de nos systèmes économiques, alimentaires, énergétiques, sociaux, etc. seront fortement fragilisés. Comme en témoigne la crise sanitaire, le problème réside aussi dans les limites des modes de fonctionnement d’une mondialisation en voie de craquèlement. La fragmentation des chaînes d’échanges, le fonctionnement en flux tendus et sans redondance, la spécialisation de la production entre quelques pays, les distances parcourues par les produits à travers le monde sont autant de manifestations d’un modèle en déshérence.

Plusieurs facteurs aggravent la capacité à répondre à ces menaces, dont :

  • Le profond décalage entre la présence de l’urgence et l’inertie du présent qui témoigne d’une appropriation encore largement insuffisante de l’impératif de changement ;
  • Une cohésion sociale et territoriale affaiblie et des inégalités accrues qui induisent des capacités variables, selon les territoires et les individus, à répondre aux grands défis de notre temps.

De tels problèmes imposent un défi majeur, historique : opérer les transitions pour rendre les territoires résilients, en capacité d’absorber les chocs et de poser les fondations d’un monde durable et inclusif.

  • La transition écologique pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, préparer et accélérer l’après-ressources fossiles pour produire et consommer de façon décarbonée, construire un système alimentaire viable, valoriser les ressources en boucles locales …
  • La transition socio-démographique pour monter des solutions plus justes et inclusives, intégrant les grands enjeux de société du XXIème siècle (inégalités, fracture générationnelle, …) ;
  • La transition numérique pour articuler impératif d’inclusion territoriale, capacité de développement économique et enjeu de sobriété énergétique.

Agir localement, collectivement et en intelligence avec les autres échelles

Pour mettre en place ces transition, il faut retrouver, à l’échelle de nos territoires, une capacité d’agir : installer une nouvelle culture de la coopération, réinventer notre approche du collectif, coaliser les énergies disponibles sur les territoires… Autant de démarches d’alliance et d’intelligence permettant d’imaginer, concevoir et créer des solutions à la mesure des enjeux qui s’imposent à nous.

Point de « localisme » toutefois : tout ne se fera pas dans les territoires en négligeant les autres échelles d’action qui resteront, à certains égards, viables et pertinentes. Mais le local sera l’échelle d’expérimentation de produits et services de la durabilité, de l’inclusivité, de la résilience ; la rampe de lancement des grandes innovations de rupture.

Monter des actions collectives et construire des solutions économiques novatrices métamorphoseront notre système économique et social pour, d’ici 20 ans :

  • Edifier une nouvelle économie, dont la création de valeur repose sur un usage maitrisé et raisonné des ressources disponibles;
  • Maîtriser la trajectoire carbone ;
  • Réduire les inégalités sociales et économiques sur et entre les territoires, à travers notamment une approche renouvelée de l’inclusivité.

Rejoignez nous!