ZĂ©ro plastique, Electrique & Disruption

Impact : JusteBio a ouvert une usine zéro plastique | BFM Business

Cyrielle Hariel constate, décrypte et révèle sur le terrain comment un engagement « stratégique pour le business » IMPACTE littéralement la vie de l’entreprise. Ce lundi 22 mas dans sa chronique Impact, elle est revenue sur le pari de JusteBio en ouvrant une usine zéro déchet :

– Un investissement de 16 millions d’euros pour une nouvelle usine de 10 000m²;

– L’utilisation de nouveaux emballages entièrement biodĂ©gradables, sans utilisation de scotch ni d’étiquettes.

Justebio est une entreprise située à Carpentras, qui commercialise des fruits secs bio en vrac dans plus de 6000 points de vente en France. En 2020, ils ont vendu 6 millions de tonnes de produits, permettant l’économie de 300 tonnes de plastique.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

Automobile : les constructeurs se résignent à la fin accélérée des moteurs thermiques | Les Echos

Le basculement est spectaculaire. Longtemps rĂ©ticents Ă  adopter la voiture Ă©lectrique, les constructeurs automobiles ne jurent dĂ©sormais plus que par la batterie – et semblent avoir rĂ©solument dĂ©cidĂ© d’y croire. Plusieurs d’entre eux voient mĂŞme le pur lithium ion reprĂ©senter la majoritĂ©, sinon la totalitĂ© de leurs ventes Ă  plus ou moins brève Ă©chĂ©ance.

Le premier grand gĂ©nĂ©raliste Ă  dĂ©gainer fin janvier a Ă©tĂ© General Motors qui ne proposera plus que des vĂ©hicules 100 % Ă©lectriques (VE) Ă  compter de 2035. Jusqu’alors, seul le beaucoup plus petit Volvo avait osĂ© un tel calendrier, qu’il vient mĂŞme de ramener Ă  2030 . Mi-fĂ©vrier, Jaguar Land Rover a annoncĂ© la conversion totale de la marque au fĂ©lin dès 2025, et une proportion de 60 % de VE dans les ventes de Land Rover en 2030. Ford ne proposera plus que des voitures 100 % Ă©lectriques en Europe dès 2030 . BMW a de mĂŞme annoncĂ© la fin des moteurs thermiques pour sa marque Mini en 2030, tout en doublant les prĂ©visions de ventes de voitures Ă  batterie du groupe Ă  cette Ă©chĂ©ance.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici

Comment disrupter une industrie? | Challenge

Pour Fanny Picard, fondatrice du fonds à impact Alter Equity, la disruption a consisté à imposer des idées nouvelles dans un secteur rétif au changement, qui opposait rentabilité et responsabilité sociale et environnementale. “En 2007, on a été les premiers à dire qu’on pouvait être rentable et responsable. On a mis sept ans à lever 40 misérables millions d’euros.” C’est avec la COP21 que les mentalités changent et que son fonds gagne en capitaux et visibilité. Mais, “il reste un long chemin pour que la finance ne soit responsable”, souligne-t-elle.

Pour consulter l’article original – Cliquez ici